Blog

Vue d’ensemble du Blog

L‘engagement et la volonté d’apprendre comme clés du succès

L‘"Udacity Data Science Scholarship Program" fait partie de la grande initiative de formation continue de Google, Bertelsmann et Udacity pour la formation d’experts IT. Les 1 500 meilleurs étudiants se sont qualifiés pour l’un des trois programmes nanodegree. Cinq participants de la planète Bertelsmann racontent leurs expériences.

Des modèles d’activité basés sur des données jouent un rôle central dans le monde économique d’aujourd’hui et encore plus dans celui de demain. Afin de mettre en place les compétences numériques nécessaires pour le marché du travail et de préparer les talents intéressés à l’avenir numérique en Europe, Bertelsmann, Google et le prestataire de services de formation en ligne Udacity ont lancé cette année l‘"Udacity Data Science Scholarship Program" (voir l’article de la BU). Des collaboratrices et collaborateurs de toutes les entreprises Bertelsmann ainsi que des personnes intéressées venues de l’extérieur ont pu solliciter l’une des 15 000 bourses. A l’issue du "Challenge Course" de trois mois, la première phase de l’initiative boursière, les 1 500 meilleurs diplômés se sont qualifiés pour la deuxième phase. Celle-ci est formée de l’un des trois programmes nanodegree d’Udacity : "Data Foundations", "Business Analyst" et "Data Analyst". 361 collègues de Bertelsmann – environ un cinquième de tous les diplômés – participent depuis septembre à l’un de ces cours. Dans une interview avec le BENET, cinq participants du cours "Data Foundation" décrivent leurs expériences et expliquent pourquoi le programme des bourses est un investissement rentable.

Peter Lipp d’Allemagne travaille chez AZ Direct, une unité commerciale de Bertelsmann Printing Group, comme Senior Analytic Consultant avec de nombreuses tâches dans l’analyse de données. Heather Mill des Etats-Unis travaille chez Penguin Publishing Group à New York comme journaliste et Consumer Events Managerin. Barbara Koskowitz de France intervient chez Prisma Media, la filiale de Gruner + Jahr à Paris, comme Senior Media Marketing Analyst. Rochelle Aliño travaille chez Arvato CRM Solutions aux Philipinnes. Sur le site de Manille, elle a pris la fonction de manager d’équipe. Hendrick Lange d’Allemagne travaille comme Senior Director Corporate Communications au département central de la Communication d’entreprise de Bertelsmann.

BENET: Quelle a été votre motivation pour participer à l’"Udacity Data Science Scholarship Program"?

Peter LippPeter Lipp: Je voulais me faire une idée générale de ce qui a changé dans le monde des données et des méthodes d’analyse depuis que j’ai quitté l’université. Je voulais apprendre de nouveaux langages et techniques de programmation et connaître des théories d’analyse et des algorithmes actuels. En outre, j’étais aussi curieux de savoir comment fonctionne l’apprentissage en ligne et si, pour moi, cela pouvait être une option pour le futur.

Rochelle Aliño: C’est aussi la curiosité qui m’a conduit à ce programme. Je voulais essayer quelque chose de nouveau et savoir si je pouvais suivre un tel cours sans connaissances préalables dans le domaine Data Science. En outre, je voulais me perfectionner et inciter les collègues à se former eux-aussi. 

Hendrick Lange: Dans mes fonctions, je suis responsable du contrôle central des sites Web d’Arvato et de Bertelsmann Printing Group. Depuis des années, je travaille avec Adobe et Google Analytics pour optimiser et développer des contenus et des fonctions de sites Web basés sur des données scientifiques. Une certaine dépendance à ces outils d’analyse a ainsi vu le jour. Par ma participation, je voulais approfondir les bases du domaine Data Science pour pouvoir à l’avenir travailler de manière plus variée en ce qui concerne l’emploi du logiciel.

BENET: Comment évaluez-vous les contenus des cours et les méthodes appliquées?

Heather Mill: J’ai trouvé que le cours en ligne d‘Udacity était très bien organisé et instructif. Les vidéos ont rendu l’apprentissage clair et simple, les questions du quiz et les projets sont en harmonie parfaite avec le concept.  

Hendrick LangeHendrick Lange: Les contenus sont construits didactiquement de manière très élaborée et, surtout, ils s’appuient sur des exemples très actuels. Dans les forums d’accompagnement, on entend un certain bruit de fond mais on trouve toujours des informations complémentaires importantes quand il y a un petit problème. Dans le processus de révision des projets, j’ai obtenu un feed-back plus détaillé que je l’avais jamais attendu.

Rochelle Aliño: Ce qui a été le plus précieux dans mon expérience d’apprentissage, c‘étaient les forums dans lesquels les participants se soutiennent mutuellement et où j’ai toujours trouvé de l’aide quand j’en avais besoin. A l’aide des questions du quiz, il est très facile de contrôler la compréhension et les vidéos sont faites pour expliquer les thèmes de la manière la plus simple. Avoir une date-butoir est également important, elle permet d’établir le lien nécessaire au programme. 

Barbara KoskowitzBarbara Koskowitz: Le fait de considérer rétrospectivement les projets m’a énormément plu. Le feedback a eu lieu de manière compréhensible et très rapidement. Quelques minutes seulement après avoir envoyé les documents, nous avions déjà reçu les premières réactions. 

BENET: Comment jugez-vous d’une manière générale votre expérience d’apprentissage avec Udacity? 

Heather Mill: Avant, je n’avais encore suivi aucun cours en ligne mais j’ai été positivement surpris par cette expérience. J’avais l’impression d’en avoir appris autant qu’en étant présent à un cours. Mais je pouvais apprendre depuis chez moi. La plupart du temps, après mon travail, je me mettais une heure ou parfois plus à mon bureau. Mais le cours n’était pas pénible car les dates-butoirs étaient faisables.   

Peter Lipp: Outre cette nouvelle liberté d’apprendre entièrement "de son propre chef", cette interactivité m’a fait grand plaisir. Non seulement dans la transmission des contenus mais surtout dans les échanges avec les autres participants. Cela a été une expérience marquante que de faire partie d’un tel groupe dynamique et international. Quand a-t-on l’occasion de parler avec des gens du monde entier sur des données ? La salle de classe virtuelle a été une expérience extrêmement motivante et positive.   

Rochelle AliñoRochelle Aliño: Je peux dire de ma perception personnelle de l’apprentissage numérique que tout le monde est à même d’avoir accès au savoir requis à condition d’être attentif, de s’intéresser aux contenus et d’être motivé. Dans mon rôle de manager d’équipe, je dis toujours à mes collègues qu’ils devraient quitter leur zone de confort et faire de nouvelles expériences. 

BENET: Quel a été votre plus grand défi ? 

Heather Mill: Il a certainement consisté à retourner dans le monde de l’apprentissage alors que mes études remontent à très longtemps. J’ai quand même eu envie de faire une formation continue et j’ai appris à considérer le cours comme un défi personnel. Pour moi, le chapitre codage a été assez difficile parce que je n’avais pas d’expérience dans ce domaine ; mais j’ai quand même fini par surmonter ce handicap. 

Barbara Koskowitz: Pour moi, la principale difficulté a été de concilier ce voyage d‘apprentissage avec ma profession actuelle et ma vie de famille.  

Peter Lipp: La partie la plus délicate a consisté, pour moi, à travailler à travers les contenus complexes du cours.  Les moments les plus durs étaient ceux où l’on échoue sur les questions du quiz et où on risque de perdre l’orientation. Mais en surmontant sa fierté et en demandant de l’aide aux autres participants, on remarque rapidement qu’on n’est pas seul à se heurter à ce problème. Il s’agit ensuite de trouver en commun une voie aux bonnes réponses.

BENET: Qu’est-ce que vous garderez du cours pour votre avenir personnel ?

Heather Mill

Heather Mill: Je suis convaincue que la capacité à analyser et à visualiser des données sera très précieuse pour la suite de ma carrière. 

Peter Lipp: Ce sont les projets de groupe qui m’ont personnellement le plus marqué. Je suis venu par hasard à deux projets différents et très intéressants et j’ai eu l’opportunité de collaborer avec des gens qui ont tous un autre arrière-plan et que je n’aurais sinon jamais connus. Nous avons commencé le travail en étrangers et terminé en amis, on ne pouvait rêver mieux. Pour ma carrière, je n’attends pas que quelque chose change à court terme. Mais je suis sûr que cela aura des conséquences sur mon travail à venir. Je me sens définitivement plus motivé et plus concentré. En outre, j’ai appris que je peux toujours apprendre et j’y prends du plaisir. 

Barbara Koskowitz: C’est ma première expérience avec d’e-learning mais ce ne sera certainement pas la dernière. J’aime apprendre de nouvelles choses même celles qui semblent être très éloignées de la description actuelle de mon travail, par exemple les langages programmatiques. Cela me stimule intellectuellement. 

BENET: Et quels avantages apporte ce cours en ce qui concerne votre rôle dans l’entreprise? 

Barbara Koskowitz: J’ai maintenant une meilleure compréhension du travail d’experts en données. Pour le secteur visualisation des données, j’ai appris qu’ici la formule "Moins, c’est plus" prend toute sa valeur. 

Hendrick Lange: Pour rester compétitif, nous devons aussi éviter les silos de données dans le domaine de la communication. Je prévois le regroupement plus fort de connaissances de l’analyse des médias Web et des réseaux sociaux pour effectuer nos mesures de communication de manière encore plus ciblée. 

Peter Lipp: Dans le quotidien de mon travail, je peux déjà observer quelques petits effets réjouissants où mes nouvelles connaissances simplifient les choses ou améliorent de nombreux processus. A chaque progrès d’apprentissage, je me sens plus sûr de moi, mieux armé pour de nouveaux projets et je découvre de nouvelles idées sur la façon de faire avancer les choses. Le nanodegree a donc non seulement amélioré mes compétences mais également la façon dont j’aborde mon travail. Par ailleurs, je vois un gros potentiel dans le réseau qui s’est développé par le cours. Plus il est grand, plus des idées et des suggestions de l’extérieur parviennent à notre propre entreprise. 

BENET: Quels conseils et astuces donneriez-vous à des collègues qui veulent aussi suivre ce cours ?  

Rochelle Aliño:L’engagement et la volonté d’apprendre sont les clés du succès. Cela aide à mettre en place un calendrier pour travailler sur des projets ou sur d’autres thèmes et de respecter les délais. On devrait avoir fini toutes les tâches avant de commencer la partie suivante. En outre, s’informer sur un sujet sur lequel on est en train de travailler, ne peut pas nuire. 

Heather Mill: En regardant les vidéos, il est utile de prendre des notes. En outre, il faudrait répondre à toutes les questions du quiz, même à celles en option. Quand on n’avance pas dans une tâche, on peut commencer par regarder la réponse et travailler à rebours pour comprendre le chemin qui mène à la réponse. 

Peter Lipp: Il faut être conscient du fait que ce cours exige du temps et de la concentration. Franchement, j’ai quelque peu sous-estimé la quantité de travail qu’il faut investir. La remarque d’Udacity qu’il faut planifier de huit à dix heures par semaine est tout à fait exacte. J’ai retiré la plus grande valeur ajoutée du forum et de mon réseau. On devrait oser demander conseil aux autres étudiants – car les réponses sont généralement très positives et motivantes. C’était une expérience dont je ne voudrais pas me passer.(benet)

Articles similaires